• Du Sud de Ginza vers Ryogoku en longeant la Sumida - partie 1

    Oui, ça fait un sacré chemin.... c'est plutôt agréable quand il fait beau.

     

    On commence notre route pas très loin de la station Yurakucho.

    A l'époque d'Hiroshige il y avait :

    Du Sud de Ginza vers Ryogoku en longeant la SumidaN°114 びくにはし雪中 Bikunihashi setchū, le pont Bikuni sous la neige.  

    Aujourd'hui, pas très loin du palais impérial, à l'époque c'était la demeure du shogun, le pont Bikunibashi est situé près de la douve extérieure Sotobori et passe par-dessus la rivière Kyobashi (cherchez pas, tout à disparu !). Normalement, bikuni désigne les nonnes et dans certains cas, comme ici, les prostituées qui se travestissaient en nonne pour mieux passer inaperçue (Whoopi Goldberg dans Sister Act n'avait rien inventé !).

    On imagine Ginza avec tous ses magasins de luxe aux articles hors de prix mais ce que nous montre cette estampe, c'est que le quartier abrite surtout des maisons de passe, des endroits où l'on mange à bas prix, des yatai. En effet, la pancarte à gauche indique yama kujira "baleine des montagnes" ce qui désigne de la viande d'animaux sauvages : sanglier, cerf mais aussi tanuki, et j'entends le loup, le renard et la belette... La consommation de viande est proscrite dans le bouddhisme mais malgré tout tolérée.A droite, ce sont des patates douces qui sont vendues et un marchant ambulant traverse le pont.

    Bref, à l'époque, c'est un lieu mal famé.

    De nos jours, c'est une entrée d'autoroute.

     photo DSCN6721_zpse1cd5374.jpg

    On continue direction la rivière et on tombe sur :

    Du Sud de Ginza vers Ryogoku en longeant la SumidaN°73 市中繁栄七夕祭 Shichū han'ei Tanabata matsuri, la ville prospère , le festival de Tanabata 

    Les seules choses qui prospèrent dans le quartier, ce sont les buildings et les affaires.

    Cette estampe aurait été faite depuis le toit de la maison d'Hiroshige. On y voit la tour des pompiers du district de Yayosu, c'est la charge qu'il exerçait (oui, on peut-être pompier et avoir une âme d'artiste) et qu'il légua à son fils.

    Ici on retrouve les bambous où on accroche les différentes décorations pour célébrer tanabata comme un filet de pêche, des serpentins et aussi d'autres ornements moins habituels comme une courge, une tranche de pastèque ou une courge.

    Aujourd'hui, c'est un bâtiment de la compagnie Bridgestone qui occupe le lieu.

    Du Sud de Ginza vers Ryogoku en longeant la SumidaN°76 京橋竹がし, Kyōbashi Takegashi, le quai des bambous et le pont de Kyōbashi  

    C'est l'estampe qui marqua Whistler dans sa série de nocturnes (v. le vieux pont de Battersea) et permis l'introduction du japonisme dans la peinture. Par la suite, les motifs japonais et les compositions des estampes influencèrent les impressionnistes.

    Le quartier autour de kyobashi (le pont de la capitale) était à l'époque occupé par divers corps de métiers : teinturiers, chaudronniers, etc... Près du pont lui-même, se trouvaient les charbonniers et l'endroit se nomma Sumicho. Cependant, ils partageaient l'endroit avec les vendeurs de bambous. Ce sont d'ailleurs ces entrepôts de bambous que l'on voit sur la partie gauche de l'estampe. La demande a toujours été très forte et le bambou sert dans la construction, pour les palissade, mais aussi dans la fabrication du kadomatsu en fin d'année et pour les hampes de Tanabata comme vu dans l'estampe précédente. Les hampes d'ailleurs ont vu leur taille augmenter durant l'ère Edo. Il semblerait qu'avant, seules des petites branches étaient utilisées pour Tanabata mais fin du 19ème siècle, on mit de hauts mâts sur le toit des maisons.

    Sur le pont surmonté de giboshi indiquant son importance, on peut voir des pèlerins qui reviennent du mon Oyama. L'un d'eux porte une lampe avec l'inscription Horitake qui serait un clin d'oeil pour Yokogawa Horitake, un graveur d'estampe avec qui travailla souvent Hiroshige. Le jeu de mot était facile, take signifiant bambou.

    Adieu bambous ! Bonjour asphalte et béton !

    Ceci dit, il y a toujours un pont.

    Pas très loin, on trouve une stèle commémorative en l'honneur de Nakamura Kenzaburo, fondateur du Nakamura-za, l'une des trois principales salle de théâtre kabuki d'Edo et aussi le premier d'une trèèès longue lignée d'acteurs.

     photo DSCN6715_zps8d550152.jpg

     

     

     

     

     

    Velveteen_01's Sumida Ryogoku Ginza album on Photobucket

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :