• Shinagawa

    Si les distances étaient calculées depuis le pont de Nihonbashi, le véritable point de départ de la route du Tôkaidô menant à Kyôto était Shinagawa. C'est ici que l'on faisait ses adieux aux voyageurs. Et donc ce va-et-vient perpétuel ainsi que le quartier ne pouvaient qu'inspirer les artistes de l'époque.

    Shinagawa

    N°28 品川御殿やま Shinagawa Gotenyama

    Gotenyama signifie la montagne du palais parce que figurez-vous qu'il y avait autrefois un palais. Mais même à l'époque d'Hiroshige, celui-ci n'existait déjà plus puisqu'il avait brûlé à la fin du 17ème s. A la place, on planta des cerisiers et l'endroit devint vite populaire notamment à cause de l'association cerisier et mer.

    Parce que oui, aujourd'hui, on peut apercevoir la baie depuis Shinagawa mais la mer est encore loin. Ce qui n'était pas du tout le cas à l'époque om vous pouviez ramasser les coquillages les pieds dans l'eau comme on peut le constater sur l'estampe.

    Cependant, y compris à l'époque d'Hiroshige, ce lieu devait radicalement changer car on y prélevait la pierre nécessaire à la construction de fortins maritimes. Suite à l'arrivée des navires du commodore Perry, les autorités commencèrent à s'inquiéter de la défense côtière.... trop tard.

    Aujourd'hui, plus de cerisier, plus de vue sur la mer ni de falaises mais des immeubles, des gares et des routes.

    Shinagawa

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Shinagawa

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Shinagawa

    N°83 品川すさき Shinagawa Susaki

    Comme je l'ai dit, Shinagawa est un lieu de passage. D'ailleurs, le mot Shinagawa qui signifie rivières de marchandises met bien en valeur l'importance du commerce dans cet ancien faubourg de la ville. De plus, c'était un lieu de plaisance réputé puisqu'il rivalisait avec Yoshiwara et habritait de nombreuses maisons et auberges où l'on se faisait servir par de jeunes filles appelées meshimori 飯盛女.

    Et c'est probablement de l'une de ces maisons que ce paysage fut représenté. On voit également dans le coin droit, l'étage éclairé de ce qui pourrait être la plus célèbre d'entre elles : Dozo Sagami.

    Au fond, la baie de Tokyo avec sur la droite un bout des fortins dont je viens de parler plus haut qu'on appelle odaiba et au centre un pont, une langue de terre, "susaki" en japonais, et un temple dédiée à Benzaiten déesse de l'eau et du bonheur.

    Mis à part la splendide vue, ça n'a pas beaucoup changé. Il y a des auberges, des endroits pour se restaurer et surtout le temple Kagata jinja qui est aussi connu pour sa butte de la baleine. La langue de terre est plus étendue maintenant, quelques maisons s'y sont construites mais les bateaux viennent s'amarer non loin.

    Shinagawa

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Shinagawa

    N°82 月の岬 Tsuki no misaki, le cap de la lune

    Nous voilà donc plongé au coeur d'une de ces maisons. Toutes les cloisons sont ouvertes, nous permettant de voir non seulement les bateaux qui voguent au loin mais aussi la pièce où vient de se terminer une fête.

    On peut apercevoir les restes de nourriture près du lampadaire, le manche d'un shamisen à terre...

    L'ombre d'une femme est visible sur la droite, une courtisane.

    Ici, il n'y a pas d'éléments topographiques pour nous aider à localiser précisément l'endroit mais les spécialistes affirment que l'estampe se situerait sur le mont Yatsuyama qui subit le même sort que Gotenyama.

    Shinagawa

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Shinagawa

    N°81 高輪うしまち Takanawa ushimachi

    Hiroshige aime faire des jeux de mots/images.

    Takanawa signifie grande roue et ushimachi veut dire la ville des boeufs d'où la présence d'une charrette au premier plan.

    Ensuite, les restes d'une courge sont pour l'automne car les estampes étaient classées par saison et le soulier tressé qui traîne à terre est un indice pour les voyageurs. C'est à partir de porte de Takanawa que la route du Tokaido naît et c'est ici qu'un voyage prend fin ou commence !

    Pourquoi ushimachi ? En fait, le nom du quartier était kurumacho, le quartier des charrettes. Ca reste très agricole tout ça me direz-vous.

    Le quartier fur fondé en 1634 avec l'arrivée massive de boeufs et de charrettes destinés à transporter le matériel nécessaire à la construction du Zojô-ji et puis les travaux continuèrent dans toutes la ville. Ceux qui y avaient participé eurent le droit de s'installer dans le quartier d'Ushimachi. Cependant, même à l'époque d'Hiroshige, les boeufs attelés étaient rares bien qu'il en restait quelques têtes appartenant à de grands seigneurs qui les utilisaient pour de grands projets d'urbanisme.

    Je suppose que le seul endroit où je verrai des boeufs sera à la ferme de Tokyo. Cependant, de nos jours il y a autre chose d'intéressant : la vue se trouve à proximité du Segaku-ji où reposent les 47 rônins et du seigneur d'Ako, Asano leur maître.

    Shinagawa

     

     

     

     

     

     

    Shinagawa

     

     

    Shinagawa

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :